PIPELINE

Lieu de mémoire exploré : Lac Leman/Eau provenant de l'ère glacière

2017

PIPELINE

Installation vidéographique de Myriam Lambert

Installation qui associe 2 vidéos d’art, Pipeline jette sur le tapis un des impacts du dérèglement climatique : la fonte des glaces.
 

Par mes œuvres, je façonne des poésies visuelles et sonores autour de lieux de mémoire identitaire et des valeurs qui s’y rattachent. Lors d’une résidence en Suisse, je me suis entretenue avec des Genevois. Pendant ces rencontres, j’ai réalisé qu’un des lieux ayant marqué l’identité collective de Genève était le lac Léman. Je me suis donc laissé inspirer par cette réserve d’eau douce de l’ère glacière. Mes recherches sur le lac m’ont menée à réfléchir sur la fonte des glaces des pôles, un sujet qui revenait très souvent dans nos échanges sur le Léman. Aussi, à mon arrivée à Genève, j’ai trouvé sur mon chemin l’icône de la ville : le jet d’eau. Surprise de ma première impression, de nuit, cet emblème me rappelait l’image d’un puits de pétrole qui vient d’enclore. Que les couleurs divergeaient, la forme, elle, était fort comparable. Par le biais de plusieurs tournages aux abords du Léman, ce jet est devenu une base visuelle.


MISE EN ESPACE DE L’ŒUVRE
Sur deux cimaises perpendiculaires, les deux projections sont confrontées. Dès son entrée dans la salle, le spectateur verra une vidéo de chute d’eau blanche et bleue. Peu à peu, cette chute se transformera en brouillard, en nuage de fumée pour se muer en coulis noir, tantôt opaque, tantôt volatile. De l’autre côté sera projetée une vidéo quelque peu apocalyptique du jet d’eau de nuit. Les références aux puits de pétrole et aux marées noires sont flagrantes. Les sons alarmistes envahiront l’espace et nourriront l’aspect immersif de l’œuvre.  

Ces vidéos sont une vision sensible et critique du réseau mondial en recherche d’énergie et d’un certain « toujours plus ». Pipeline dérange et questionne dans l’espoir d’une prise de conscience, aussi minime soit-elle, afin d’inciter à agir.

Cette œuvre a été réalisée à l'occasion d'une résidence d'artiste au Centre Utopiana à Genève, Suisse.